Boca-River : un Japonais a voyagé 33h… et n’a pas vu la finale

2
312

Isamu Kato est entré au stade samedi à la Bombonera, avant que le match ne soit suspendu. Il a ensuite tweeté : « On se retrouvera au Mondial des Clubs » avant de rentrer au Japon.

Isamu Kato a voyagé 33h pour assister au superclásico, mais a dû rentrer au Japon avant le match

Isamu Kato n’avait qu’un seul objectif : aller à la Bombonera pour voir le match aller de la Superfinale de la Copa Libertadores. Fanatique de Boca, Fanatique de Boca, ce citoyen japonais a entrepris un long voyage de 33 heures, qui lui permettrait de rester un peu plus de 12 heures en Argentine. Cependant, le destin lui a joué un tour et à cause du mauvais temps et des fortes pluies qui ont touché Buenos Aires, le match qui devait avoir lieu samedi a été reporté à dimanche. Dans une course contre la montre à cause de ses engagements professionnels, le supporter a dû rentrer dans son pays et n’a donc pas pu assister à la rencontre tant attendue à la Bombonera.

Sur ses réseaux sociaux, les couleurs qui prédominent sont le bleu et le jaune. Devenu une star sur les réseaux, ce Japonais de 31 ans a conquis l’admiration des fans de Boca pour son fanatisme extrême.

Sans jamais perdre le sourire, Kato a confirmé à ses followers qu’il devait rentrer au Japon le samedi soir à cause du travail. Lors de son court séjour à Buenos Aires, le fan est tout de même parvenu à rentrer à la Bombonera et a même filmé plusieurs vidéos au sein de la hinchada. Mais à la suite de fortes pluies, le match contre River a été suspendu.

Confiant que Boca sera le grand vainqueur de cette Superfinale historique, il a quitté le pays plein d’espoir : « on se retrouve au Mondial des Clubs » a-t-il ainsi déclaré.

Kato a atterri samedi à l’aeroport de Ezeiza (Buenos Aires) après 33 heures de voyage depuis Tokyo. Entre les retards et les contrôles douaniers, le peu de temps qu’il est resté dans le pays a été marqué par l’espoir de voir son équipe dont il est tombé amoureux en 2000. Cette année-là, alors qu’il n’avait que 12 ans, il a vu Boca gagné la Coupe Intercontinentale face au Real Madrid. Depuis ce jour, rien n’était plus comme avant.

Son voyage express en Argentine pour la Copa Libertadores n’a pas été le premier : c’est la neuvième fois qu’il vient de l’autre bout du monde pour supporter l’équipe de La Ribera.

Sans se préoccuper des imprévus qui pouvaient surgir lors de son court séjour, Kato n’a pas hésité et a eu confiance jusqu’à la fin qu’il pourrait assister au match aller à la Bombonera. Jusqu’à ce que la pluie a commencé à s’intensifier et que la Conmebol a confirmé que le match allait être reporté à dimanche.

« On se retrouve à Dubai » a-t-il alors écrit sur son compte Twitter en référence au Mondial des Clubs. Après le match nul deux buts partout lors du match aller, il devra attendre jusqu’au samedi 24 pour savoir qui sera le grand vainqueur de cette finale tant attendue.

 

A lire aussi :

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici