Résumé des demi-finales de Libertadores

3
95
River Plate qui renverse la situation et gagne 2-1 contre Grêmio

Lors de ces demi-finales de Copa Libertadores, on assiste à deux duels entre frères ennemis Brésiliens contre Argentins. D’un côté River Plate est confronté au champion en titre Grêmio, de l’autre Boca Juniors affronte Palmeiras, actuel leader du Brasileirão.

Les demi-finales aller de Copa Libertadores

River Plate -- Grêmio 0-1

Le jour tant attendu par les supporters de River, le match aller de la demi-finale de Copa Libertadores contre Grêmio au stade Monumental ! Pour l’occasion, les supporters du Millonario ont préparé un accueil spectaculaire à leurs joueurs, et à leur entraîneur Marcelo Gallardo, qui a eu droit à un tiffo avec ses initiales (MG).

Mais tout cet enthousiasme n’a semble-t-il pas été suffisant pour transcender l’équipe. Le champion en titre, Grêmio, a joué bien compact et n’a pas laissé d’espaces aux créateurs de jeu de River, Juan Fernando Quintero et Gonzalo Martínez.

Dans ce match entre deux équipes de valeur proche, le Tricolor a su imposer son jeu, souffrir et vaincre River Plate 1-0 grâce à un but du milieu de terrain Michel. En plus de l’avantage du but marqué à l’extérieur, les Gaúchos pourront se contenter d’un match nul lors du match retour, pour jouer une deuxième finale consécutive.

Première mi-temps

Sans deux de ses meilleurs joueurs, Luan et Everton, l’entraîneur Renato Gaúcho a mis en place une stratégie qui visait plus à bloquer le jeu adverse qu’à le construire pour affronter River au Monumental de Núñez. Cette stratégie fonctionnait plutôt bien avec les Argentins qui ont bénéficié de peu d’opportunités de but. A partir de la demi-heure de jeu, River a augmenté le rythme et a commencé à occuper le milieu de terrain adverse. Palacios et Martínez ont alors obligé Marcelo Grohe à se déployer tandis que les joueurs de Grêmio courraient après la balle. L’équipe brésilienne s’en est bien sortie avec ce 0-0 à la mi-temps.

Deuxième mi-temps

Cette seconde période a commencé comme avait fini la première, et sur un corner de Quintero, Jonatan Maidana seul dans la surface place un coup de tête qui passe juste au-dessus du but gardé par Grohe. Grêmio a laissé passer la tempête et a doucement repris le contrôle des opérations. Puis sur un nouveau corner, cette fois pour les Brésiliens, Michel (62′) a sauté plus haut que tout le monde et ouvert le score. Michel, qui faisait son grand retour sur les terrains après des longs mois d’absence, a ainsi confirmé l’option de Renato de le titulariser.

Ce but a assommé les argentins, et le résultat aurait pu être plus lourd lorsque Leonardo a déclenché une frappe qui n’est pas passé loin du montant de Armani à la 78e minute de jeu.

Avec cette victoire, Grêmio prend donc l’avantage avant d’accueillir River Plate, à Porto Alegre mardi prochain, pour un match qui s’annonce épique !

Boca Juniors -- Palmeiras 2-0

Boca Juniors a accueilli Palmeiras à la Bombonera pour un match entre deux équipes qui se connaissent bien. En effet, les deux se trouvaient dans le même groupe, avec le club brésilien qui aurait même pu éliminer Boca, en ne gagnant pas la dernière rencontre du groupe contre l’Atlético Junior. Palmeiras va-t-il le regretter ?

Avec Nahitan Nández et Wilmar Barrios d’un côté, et Felipe Melo de l’autre, on a assisté à un match avec beaucoup de frictions et de tensions au milieu de terrain, et peu d’actions dangereuses de but. Palmeiras parvenait à contenir les assauts des Xeneizes mais ne comptait pas sur la bonne étoile de Darío Benedetto. L’attaquant est entré à la 77e minute, a inscrit un doublé donnant ainsi la victoire à Boca 2-0 lors de cette demi-finale aller de Copa Libertadores.

Benedetto n’avait pas affronté Palmeiras en phase de groupe (une victoire du Verdão et un nul) à cause d’une blessure grave qui l’a éloigné des pelouses fin 2017. Mais pour ce match, il est rentré sur la pelouse à la 77e minute et à la 84e il donnait l’avantage à Boca sur un but de la tête. Ce but lui a redonné la confiance dont il avait besoin, et qui lui a permis de réaliser un joli geste, un magnifique controle orienté pour se mettre en position de frappe et tromper Weverton d’un tir de dehors de la surface à la 88e minute. Benedetto ne marquait pas depuis près d’un an, mais il a retrouver le chemin des filets au bon moment pour Boca.

Première mi-temps

Lors des 45 premières minutes, on a assisté à une lutte au milieu de terrain, avec de nombreuses fautes et peu d’occasions de but. Boca Juniors a tenté de mettre la pression, poussé par une Bombonera pleine à craquer, retranchant les joueurs de Palmeiras dans leur camp, mais l’équipe de Felipe Scolari a fait simple en dégageant la balle le plus loin possible, sans se laisser intimider. Mis à part des tirs de Dudu et de Willian qui sont passés au-dessus du but de Rossi, et une tête d’Izquierdoz qui a fait trembler les supporters du club Paulista, il ne s’est pas passé grand chose. Palmeiras a laissé passer l’orage et fait baisser le rythme du match, avec une possession de balle qui s’est équilibrée. Tout ce que le club brésilien cherchait.

Deuxième mi-temps

Palmeiras a continué à contrôler le match, mais n’a pas bénéficier d’opportunités de contre-attaque. L’entrée en jeu de Deyverson à la place de Borja devait apporter plus de vitesse pour jouer les contres à fond, mais l’attaquant n’a presque pas touché le ballon… Dans un match qui semblait filer tout droit vers un 0-0, Weverton a sauvé le Verdão grâce à un bel arrêt sur un coup franc de Olaza. Puis l’entrée en jeu de Benedetto a tout changé. Il est entré et a marqué par deux fois dans les 10 dernières minutes, changeant ainsi complètement le panorama des demi-finales de Libertadores.

Avec ce résultat, Boca a un pied en finale, mais avant cela, il faudra disputer le match retour, mercredi, à São Paulo.

Les demi-finales retour de Copa Libertadores

Grêmio -- River Plate 1-2 (2-2*)

Le déluge qui est tombé sur Porto Alegre à la fin de ce match retour entre Grêmio et River Plate semblait être les larmes des plus de 50 000 supporters du Tricolor qui se sont rendus à l’Arena. Le VAR a été décisif lors de ce match avec l’arbitre qui a dû avoir recours aux images pour accorder un penalty aux Argentins, que Pity Martinez s’est chargé de transformer.

Première mi-temps

Après avoir perdu 1-0 au Monumental, River s’est déplacé au Brésil avec pour objectif de renverser la situation et se qualifier pour la Finale de Copa Libertadores. Marcelo Gallardo, qui ne pouvait pas être sur le banc pour suspension, a surpris tout le monde en laissant Gonzalo Martínez sur le banc. Renato Gaúcho a quant à lui aligné une équipe pour attendre River et tenter de jouer les contre-attaques. Mais l’équipe était bloquée au milieu de terrain et ne parvenait pas à jouer. Les Argentins ont alors commencé à tenter leur chance avec des tirs de loin, avec Ponzio et Palacios. A la 24e minute, Ponzio a ressenti une blessure musculaire et a dû être remplacé par Enzo Perez. Quelques minutes plus tard, quand on s’y attendait le moins, Grêmio a ouvert le score. Un corner mal tiré par Alisson arrive dans les pieds de Leonardo (36′), qui, à l’entrée de la surface déclenche une frappe qui vient tromper Armani. À ce moment-là on se disait que plus rien ne pouvait arriver au club de Porto Alegre.

Deuxième mi-temps

Bien qu’il n’en avait pas le droit du fait de sa suspension, Marcelo Gallardo s’est rendu dans le vestiaire à la mi-temps afin de donner des consignes à ses hommes, et a décidé de faire rentrer Pity Martínez dès la reprise afin de donner un nouvel élan offensif à son équipe. Néanmoins, c’est Grêmio qui a eu les plus grosses occasions en début de deuxième période. A la 54e minute de jeu, l’attaquant Everton (qui avait manqué le match aller pour blessure) a remplacé Maicon et a vite créé le danger obligeant Armani à intervenir. A la 66e minute, Everton a eu une nouvelle occasion de marquer, bien lancé par Cícero, l’attaquant s’est retrouvé en face à face avec Armani, qui a sauvé les siens.

La pluie qui tombait sur Porto Alegre a augmenté, tout comme la pression argentine. Cette pression a fini par payer à la 82e minute de jeu lorsque Rafael Santos Borré, libre de marquage dans la surface a placé un coup de tête (de main ?) vainqueur et a égalisé. Enfin, l’action qui a défini le sort du match à la 86e minute. Avec l’aide du VAR, l’arbitre Andrés Cunha a signalé le point de penalty pour une main de Bressan dans la surface. Pity Martinez n’a pas tremblé et a propulser les siens en finale de Libertadores où River risque d’affronter son plus grand rival, Boca Juniors.

Palmeiras -- Boca Juniors 2-2 (2-4)

La victoire 2-0 de Boca à la Bombonera permettait au club argentin d’aborder cette rencontre avec plus de sérénité que son adversaire. Palmeiras a lutté, mais n’est pas parvenu à retourner la situation. Avec ce match nul 2-2, Boca s’est qualifié en finale de Copa Libertadores où il retrouvera son plus grand rival River Plate.

Pour rappel : lors de la dernière journée du groupe 8, Palmeiras a gagné contre Junior Barranquilla 3 buts à 1, résultat qui a permis à Boca de se qualifier également pour les huitièmes de finale de la compétition. A la fin de la rencontre, on a demandé à Felipe Scolari si Palmeiras aurait dû faire exprès de perdre ce match pour éliminer Boca dès la phase de poule, ce à quoi il a répondu : « ça serait une honte. L’équipe de Palmeiras, ou toute autre équipe, se doit de jouer au football, et de jouer pour gagner, comme il l’a fait. On doit respecter notre profession ».

Première mi-temps

Le match a commencé avec beaucoup d’intensité à l’Arena de Palmeiras. Poussé par ses supporters, le Verdão a vite mis la pression sur son adversaire avec trois centres dans la surface. A la 9e minute, sur une belle action collective, Bruno Henrique a mis la balle au fond des filets sur un bon centre de Dudu, mais l’arbitre colombien Vilmar Roldán, aidé par le VAR, a signalé un hors-jeu de Deyverson au début de l’action. Puis Boca a commencé à avoir plus de possession de balle et a trouvé la faille grâce à un but de Ramon Ábila (17′) qui, seul dans la petite surface, à ouvert le score pour le Xeneize, compliquant ainsi encore plus les comptes du club Paulista. Plus nerveux, Palmeiras a commencé à attaquer de façon moins organisée, mais tout de même dangereuse. Mais Boca a également bénéficié d’opportunités de faire le break. On a compté six finalisations, avec trois chances réelles de but pour l’équipe argentine contre deux pour l’équipe brésilienne.

Deuxième mi-temps

Palmeiras est revenu sur la pelouse avec l’obligation de marquer quatre buts pour se qualifier et a tout de suite attaqué pour y parvenir. Et cette pression a payé avec deux buts de ses deux défenseurs centraux. Tout d’abord c’est Luan qui a égalisé à la 53e minute, puis Gustavo Gómez (61′) a donné de l’espoir aux siens en transformant un penalty suite à une faute sur Dudu. Scolari a dû sortir William sur blessure, remplacé par Borja qui n’est pas passé loin de marquer le troisième but brésilien dès son entrée en jeu. Le problème, c’est qu’une minute avant l’entrée en jeu de Borja, Boca avait également fait un changement qui va s’avérer être décisif avec la rentrée de Benedetto, qui avait marqué les deux buts du Xeneize au match aller. Et l’attaquant va encore faire mal au Verdão en égalisant à la 70e minute de jeu. C’en était fini pour Palmeiras, qui a failli concéder la défaite lorsque Zarate a trouvé la barre transversale sur un superbe coup franc.

Rendez-vous le 10 novembre à 20h pour le match aller de la finale entre Boca et River à la Bombonera !

3 Commentaires

  1. […] Oubliée l’élimination en Copa Libertadores contre Boca, Palmeiras se concentre désormais à fond sur le championnat, que le club Paulista a de fortes chances de remporter. Cette victoire 3-2 lors du clássico face à Santos est un pas de plus pour les Alviverde, qui restent sur 17 matchs sans défaite (13 victoires et 4 nuls). Mais tout n’a pas été facile lors de cette rencontre. Palmeiras a rapidement marqué dans la rencontre par l’intermédiaire de Dudu (14′), avant qu’Edu Dracena (40′) ne fasse le break juste avant la mi-temps. En deuxième période, le Peixe a poussé et a réduit le score sur un but de Copete (55′), puis égalisé 10 minutes plus tard grâce à Dodô. Mais Palmeiras finira par marquer le but vainqueur sur une terrible erreur du gardien Vanderlei sur un coup franc tiré par Victor Luis (71′). […]

  2. […] Oubliée l’élimination en Copa Libertadores contre Boca, Palmeiras se concentre désormais à fond sur le championnat, que le club Paulista a de fortes chances de remporter. Cette victoire 3-2 lors du clássico face à Santos est un pas de plus pour les Alviverde, qui restent sur 17 matchs sans défaite (13 victoires et 4 nuls). Mais tout n’a pas été facile lors de cette rencontre. Palmeiras a rapidement marqué dans la rencontre par l’intermédiaire de Dudu (14′), avant qu’Edu Dracena (40′) ne fasse le break juste avant la mi-temps. En deuxième période, le Peixe a poussé et a réduit le score sur un but de Copete (55′), puis égalisé 10 minutes plus tard grâce à Dodô. Mais Palmeiras finira par marquer le but vainqueur sur une terrible erreur du gardien Vanderlei sur un coup franc tiré par Victor Luis (71′). […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici