Le jour où l’union Flamengo/Vasco a affronté l’union Corinthians/Palmeiras

0
164
Le jour où l’union Vasco/Flamengo a affronté l’union Palmeiras/Corinthians

On peut dire qu’au début des années 1990, la rivalité entre le Corinthians et Palmeiras n’était pas des plus pacifiques. Il en était de même entre Flamengo et Vasco, à Rio de Janeiro. Cependant, en 1992, on a assisté à une scène déjà difficile à imaginer à l’époque, et aujourd’hui encore plus improbable. Dans une initiative qui alliait publicité et charité, les quatre rivaux se sont retrouvés pour disputer un match amical. Corinthians et Palmeiras d’un côté, Flamengo et Vasco de l’autre.

L’union Corinthians – Palestra/Palmeiras

Un match contre le Paulistano

Du côté pauliste, cette union n’était pas inhabituelle. Certes cela s’était produit au début de l’histoire des deux clubs, mais c’était déjà arrivé. Et pas qu’une fois, mais à trois reprises. En 1917, cinq mois après le premier derby entre le Corinthians et le Palestra Itália (l’ancêtre de Palmeiras), les deux clubs se sont associés pour disputer un match amical contre le Paulistano, une grosse équipe de l’époque. Ce match amical avait pour but de collecter des fonds pour des associations caritatives. Et cette union avait bien fonctionné, avec le Corinthians-Palestra qui s’est imposé 2-0, le 12 octobre, grâce à des buts d’Américo et Apparício, deux joueurs du Corinthians. Pour la petite histoire, l’un des représentants de Palestra Itália lors de ce match était Luiz Fabbi, auteur du premier but de l’histoire du… Corinthians, en 1910.

Une sélection pauliste pour affronter Sírio et Rampla Juniors

La nouvelle union entre les rivaux paulistes qui a suivi n’a eu lieu qu’en 1929, lors d’un match amical contre le Esporte Clube Sírio, disputé le 17 février de cette année-là dans le stade du Palestra Itália. En fait, à proprement parler, il ne s’agissait pas vraiment d’un combiné Corinthians-Palestra/Palmeiras, mais d’une sélection de l’État de São Paulo. De fait, il y avait un “intrus” dans le onze parmi les joueurs alvinegros et alviverdes : l’attaquant Petronilho de Brito, qui évoluait à Sírio, club qui a été battu par la sélection sur le score de 5-0. D’ailleurs, Petronilho a marqué lors du match. José Castelli “Rato”, du Corinthians, a inscrit un doublé, Alexandre de Maria, également du Timão, et Heitor, joueur de Palmeiras, ont inscrit les deux autres buts de la rencontre. Cinq jours plus tard, le combiné Corinthians-Palestra (avec les “intrus” Petronilho de Brito et Athiê Jorge Coury, gardien de Santos) a fait match nul 2-2 contre Rampla Juniors, club uruguayen, en match amical.

Une nouvelle alliance pour battre la Liga de Tucumán

Une chose similaire s’est produite la troisième fois que le Corinthians et Palestra Itália ont fait équipe, pour ce qui ressemblait fortement à une sélection pauliste, avec la présence d’Arthur Friedenreich parmi les joueurs. Les deux équipes se sont unies pour battre la Liga de Tucumán, alors championne du “Campeonato Argentino Interligas”, sur le score de 5-2, lors d’un match amical disputé le 30 janvier 1930. Parmi les curiosités de ce match, ce dernier a été arbitré par Luís Macedo Matoso, dit “Feitiço”, l’une des premières stars du football de l’histoire de Santos.

Corinthians-Palmeiras vs Flamengo-Vasco pour un match de charité

Puis, plus rien. La rivalité croissante avait rendu impossible les associations entre Palmeirenses et Corinthianos. Jusqu’à ce 23 janvier 1992, lorsque la brasserie Brahma a décidé de parrainer un match caritatif. D’un côté, l’union Corinthians-Palmeiras ; de l’autre, l’union Flamengo-Vasco. L’équipe des rivaux paulistes serait dirigée par Carlos Alberto Parreira, sélectionneur de l’équipe nationale brésilienne, tandis que Zagallo, l’entraîneur adjoint de Parreira, serait sur le banc de du combiné carioca. Il s’agissait du “Live Aid do Futebol”, selon le titre du journal Folha de S. Paulo paru le jour du match. Les recettes de la billetterie de la rencontre, disputée au Maracanã, seraient versées à quatre associations caritatives : IBASE (Institut brésilien d’analyses sociales et économiques), ISER (Institut supérieur d’études sur la religion), IDAC (Institut d’action culturelle) et FASE (Fédération des organismes d’assistance sociale et éducative).

S’il y avait de la charité, il y avait aussi bien sûr de la publicité. Brahma a donné environ 12 500 dollars à chacun des quatre clubs, et 830 dollars à 32 des 36 joueurs. Quatre d’entre eux ont reçu un peu plus pour avoir participé à la promotion de la rencontre. Neto (Corinthians), Bebeto (Vasco), Júnior (Flamengo) et Betinho (Palmeiras) ont gagné 1 660 dollars pour apparaître dans des publicités dans lesquelles ils portaient le maillot de leur rival.

La rencontre a eu ses attraits sportifs : suspendu pendant trois mois à la fin de 1991 après avoir craché sur l’arbitre José Aparecido de Oliveira, Neto s’est remis à jouer au football lors de ce match amical, dont l’arbitre était justement… José Aparecido de Oliveira. Mais cette fois, l’atmosphère était amicale.

La victoire des Paulistas face aux Cariocas

Les équipes sont entrées en jeu pour la première période avec les Paulistas qui portaient les couleurs de Palmeiras, et les Cariocas celles de Vasco. Cela a permis, par exemple, de voir Neto porter à nouveau le vert, ou de voir Júnior, étroitement lié à Flamengo, porter les couleurs du Gigante da Colina. Cela a également permis de voir les retrouvailles de Bebeto avec le club rubro-negro, deux ans et demi après un transfert qui avait fait du bruit dans sa carrière, lorsqu’il avait quitté Flamengo pour rejoindre le rival Vasco.

En première période, le combiné Corinthians/Palmeiras a ouvert le score grâce à un but de Paulo Sérgio, attaquant du Corinthians. A la pause, les deux équipes ont changé d’équipements. Les Paulistas sont revenus sur la pelouse avec les couleurs du Corinthians, et les Cariocas avec celles de Flamengo. L’équipe paulista a confirmé sa victoire avec un but d’un autre joueur alvinegro, Tupãzinho juste avant l’heure de jeu. Bebeto a ensuite réduit l’écart à la 85e minute, mais ce but n’aura pas été suffisant pour empêcher le “Palinthians” (ou “Cormeiras”, comme vous préférez) de battre le “Vasengo”, ou “Flamco”.

En première mi-temps, les supporters de Vasco et Palmeiras étaient complètement silencieux pendant que Flamengo x Corinthians jouaient. La même chose s’est produite en seconde période lorsque Vasco et Palmeiras étaient sur le terrain.

Le grand objectif du match était de lancer un cri de paix dans les stades. Utiliser les grandes rivalités de Rio et de São Paulo était alors la meilleure vitrine. Ce 23 janvier 1992, cette volonté a été satisfaite. Malgré la séparation des supporters dans les tribunes, de nombreux applaudissements ont été entendus ainsi que de nombreuses blagues pour avoir vu les rivaux porter des maillots adverses.

Quid du trophée ?

Les vainqueurs de la rencontre ont soulevé un trophée pour célébrer la victoire, mais qu’est-il devenu ?

Evair, célèbre attaquant de Palmeiras qui a joué ce match, l’a raconté dans un témoignage à Revista 10, en 2004 : “Le match s’est terminé et la coupe a été remise. Elle était grande, environ 40 ou 50 centimètres de haut et très lourde. Nous l’avons apportée au vestiaire, mais après, personne n’a voulu la prendre. (…) Soudain, j’ai dit : ‘Je vais la prendre et ensuite je vous la passerai’. Eh bien, la coupe est aujourd’hui encore dans mon bureau à São Paulo. J’ai laissé ma valise avec tout ce poids pour prendre l’avion et je ne m’en suis souvenu que lorsque je suis rentré chez moi. Et personne d’autre ne s’en est souvenu. Je la garde donc avec beaucoup d’affection“.

Fiche technique de la rencontre :

VASCO/FLAMENGO 1 X 2 PALMEIRAS/CORINTHIANS

Compétition : Match amical

Date : 23/01/1992
Lieu : Maracanã, à Rio de Janeiro (RJ).

Arbitre : José Aparecido de Oliveira (SP).

Public : 27 601 spectateurs payants.

VASCO/FLAMENGO : Gilmar, Luiz Carlos Wink (Uidemar), Alexandre Torres, Wilson Gottardo (Jorge Luís) et Eduardo (Piá); Charles Guerreiro, Júnior (Geovani) et Zinho; Bebeto, Gaúcho (Sorato) et William (Paulo Nunes).

PALMEIRAS/CORINTHIANS: Carlos (Ronaldo), Giba, Marcelo, Guinei et Dida (Odair); César Sampaio, Wilson Mano (Erasmo), Edu Marangon (Betinho) et Neto (Tupãzinho); Evair (Marcelinho Paulista) et Paulo Sérgio.

Buts : Paulo Sérgio 34e (PAL/COR), Tupãzinho 56e (PAL/COR) e Bebeto 85e (VAS/FLA).

A lire aussi :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici