Argentine : la malédiction de la Vierge de Tilcara

2
220
La malédiction de la vierge de Tilcara

Les Argentins sont très superstitieux, et le football compte de nombreuses anecdotes. Parmi toutes les superstitions, il y a sans aucun doute la “malédiction de la Vierge de Tilcara”, une légende qui expliquerait pourquoi l’Albiceleste n’a plus soulevé de Coupe du monde depuis juin 1986, lorsque l’équipe menée par Diego Armando Maradona a été sacrée championne du monde au Mexique.

La malédiction de la Vierge de Tilcara : la raison pour laquelle l’Argentine n’a plus jamais été championne du monde ?

Tilcara, le village parfait pour préparer le Mondial au Mexique

Pour évoquer cette supposée malédiction, il faut remonter à janvier 1986, lorsque le sélectionneur de l’Albiceleste de l’époque, l’obsessionnel Carlos Salvador Bilardo, décide de sortir l’équipe du confort de Buenos Aires pour l’emmener à Tilcara, un petit village situé dans la province désertique de Jujuy en Argentine, au centre de la quebrada de Humahuaca, à 1 400 kilomètres au nord de Buenos Aires et tout proche de la frontière avec la Bolivie. Selon Bilardo, le climat chaud et les 2 460 mètres d’altitude de Tilcara faisaient du village le lieu idéal pour tester les performances physiques de l’équipe avant la Coupe du monde de cette année-là, qui allait se jouer sur le sol mexicain.

L'équipe nationale argentine se préparant pour la Coupe du monde 1986 au Mexique, dans la ville désertique de Tilcara.
L’équipe nationale argentine se préparant pour la Coupe du monde 1986 au Mexique, dans la ville désertique de Tilcara.

La présence de l’équipe nationale argentine a bien sûr chamboulé les plus de 4 000 habitants du village de Tilcara, qui fait partie de la “Quebrada de Humahuaca”, l’une des principales attractions touristiques d’Argentine. La délégation de l’équipe a choisi d’utiliser les installations du Club Atlético Pueblo Nuevo et a demandé à ce que leur équipe première s’entraîne avec la sélection nationale. Parmi les joueurs de cette petite équipe se trouvait David Gordillo.

Nous nous entraînions avec l’équipe nationale. C’était incroyable pour nous. À cette époque, il n’y avait pas de télévision à Tilcara. Nous écoutions les matchs à la radio et nous ne connaissions les visages des joueurs que par les magazines. Lorsque nous avons commencé à nous entraîner avec l’équipe nationale qui, quelques mois plus tard, allait remporter la Coupe du monde au Mexique, nous faisions des exercices avec ballon et quelques picados (matchs)”, a déclaré Gordillo à la presse argentine.

C'est sur ce terrain que s'est entraînée la sélection argentine, avant de devenir championne du monde lors de la Coupe du monde 86 au Mexique.
C’est sur ce terrain que s’est entraînée la sélection argentine, avant de devenir championne du monde lors de la Coupe du monde 86 au Mexique.

La promesse de revenir en cas de sacre mondial

Selon Gordillo, “le village de Tilcara était si petit que nous partagions chaque jour un soda et un café avec les joueurs. Et lors d’une de ces nombreuses réunions, l’un des joueurs – dont je ne me souviens plus du nom – nous a posé une question sur la Vierge de Tilcara. Cette Vierge, appelée Virgen de Copacabana del Abra de Punta del Corral, est la sainte patronne de Tilcara et est connue dans la région pour accorder des miracles à tous ceux qui se tournent vers elle. Chaque semaine sainte, les fidèles du village sortent la Vierge du sanctuaire de l’Abra de Punta Corral pour une grande procession sur 15 kilomètres en pente raide sur une colline. À l’époque, certains joueurs de l’équipe nationale avaient promis de remercier la Vierge s’ils devenaient champions du monde”.

La Virgen de Copacabana del Abra de Punta del Corral
La Vierge de Copacabana del Abra de Punta del Corral, également connue sous le nom de Vierge de Tilcara.

Diego et l’Argentine sont champions du monde !

Quelques mois plus tard, le 26 juin 1986, l’Argentine remportait la Coupe du monde après avoir battu l’Allemagne 3-2 en finale de la Coupe du monde au Mexique, au stade Azteca. Avant d’en arriver là, en quart de finale de la compétition, le grand artisan du titre, le milieu de terrain Diego Armando Maradona s’était offert le luxe de marquer le plus beau but de l’histoire de la Coupe du monde après avoir dribblé la moitié de l’équipe lors de la victoire 2-1 face à l’Angleterre, match au cours duquel le Pibe de Oro a également marqué le célèbre but de la main connu sous le nom de “La mano de Dios” (la main de Dieu). 

Diego Maradona brandit fièrement le trophée de la Coupe du monde au milieu des supporters et des photographes
Finale de la Coupe du monde 1986, stade Azteca, Mexique, 29 juin 1986, l’Argentin Diego Maradona brandit fièrement le trophée de la Coupe du monde au milieu des supporters et des photographes (Photo de Bob Thomas/Getty Images).

La malédiction

Le problème, c’est qu’après avoir remporté la Coupe du monde, pas un seul membre de l’équipe n’est retourné à Jujuy pour remercier la Vierge de Tilcara. Cela aurait alors déclenché la supposée malédiction qui s’est abattue sur l’équipe nationale argentine, qui depuis lors n’a plus jamais remporté de Coupe du monde.

Pour ne rien arranger, depuis la Copa América 1993 en Équateur remportée par l’Argentine, l’Albiceleste a enchaîné sept défaites consécutives en finales : Copa América 2004 au Pérou, 2007 au Venezuela, 2015 au Chili et la Copa América Centenario aux États-Unis en 2016 après une séance de tirs au but palpitante face au Chili. Elle s’est également inclinée en finale de la Coupe du Monde 2014 au Brésil contre l’Allemagne, et lors des Coupes des confédérations en 1995 en Arabie Saoudite en 1995 et en Allemagne en 2005. Heureusement, le sacre lors de la Copa América chez son rival, le Brésil, en 2021 est venu mettre un terme à cette série noire.

Une promesse que certains nient avoir fait

Néanmoins, plusieurs éléments de la sélection argentine de 1986 ont publiquement nié avoir prié la Vierge de Tilcara pour remporter le Mondial, comme le milieu de terrain Sergio Batista, qui a déclaré : “Nous n’avons jamais rien promis. Nous ne sommes pas allés voir la Vierge pour faire cette promesse. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, certains pensent que c’est de notre faute si l’Argentine ne gagne plus la Coupe du monde“. Le défenseur Oscar Garré, quant à lui, a ajouté “nous n’avons aucun problème à aller à Tilcara, mais qu’il soit clair que nous n’avons fait aucune promesse. Je ne sais pas qui a dit ça, mais en tout cas moi moi je ne l’ai pas fait. Les gens nous ont traités merveilleusement, mais personne n’a fait de promesses. Si c’était le cas, il serait très facile d’y aller pour tout arranger”. 

L’entraîneur Carlos Salvador Bilardo, réputé pour son côté superstitieux, a également nié avoir fait une promesse à la Vierge de Tilcara, tout comme le milieu de terrain Ricardo Giusti et le gardien de but Nery Pumpido. Certaines personnes liées à l’AFA ont même attribué la légende à une tentative de promotion de Tilcara en tant que destination touristique.

Carlos Salvador Bilardo, sélectionneur de l’Argentine en 1986.

Cependant, selon les habitants de Tilcara, certains joueurs et l’entraîneur avaient bel et bien promis de revenir à Tilcara avec la Coupe du monde pour remercier la Vierge. David Gordillo a ainsi déclaré : “J’en ai été témoin. Ce n’était pas prévu, tous les garçons ne sont pas allés voir la Vierge. C’était juste une promesse informelle qu’ils n’ont pas tenue et qu’ils devront un jour tenir. La voisine Sara Vera, propriétaire du terrain caillouteux que l’équipe nationale argentine a utilisé pour s’entraîner en janvier 1986, a révélé qu’elle avait elle-même accompagné Bilardo à l’église paroissiale de Tilcara et que, devant l’image de la Vierge, elle l’avait entendu promettre de venir “même à genoux pour dire merci“.

“Champions de 1986, tenez votre promesse”

Lors de certains matchs des éliminatoires disputés par la sélection argentine, des affiches et des banderoles faisant allusion à la malédiction de la Vierge de Tilcara sont même apparues dans les tribunes, comme cette banderole affichée lors d’un match de qualification au cours duquel l’Argentine s’est inclinée 2-0 face à la Bolivie : “Champions de 1986, tenez votre promesse. Revenez à Tilcara, Jujuy”. 

Banderole sur laquelle est écrit Champions de 1986, tenez votre promesse. Revenez à Tilcara, Jujuy
Banderole sur laquelle est écrit Champions de 1986, tenez votre promesse. Revenez à Tilcara, Jujuy.

Qu’elle soit vraie ou fausse, il semble que certains aient essayé de briser la prétendue malédiction. En 2011, peu avant de jouer la Copa América à la maison en Argentine, les ex-mondialistes Sergio “Checho” Batista et José Luis “Tata” Brown, à l’époque respectivement sélectionneur et sélectionneur adjoint de l’équipe nationale, sont arrivés incognito à Tilcara et ont offert un maillot à la Vierge.

Puis début 2018, amenés par l’une des marques qui sponsorisent la sélection argentine, les mêmes Batista et Brown sont allés à Tilcara, en compagnie des joueurs Nery Pumpido, Carlos Tapia, Oscar Garré, Julio Jorge Olarticoechea, Ricardo Giusti et Héctor Enrique, tous membres de l’équipe championne du monde au Mexique, pour présenter la Coupe du monde aux habitants et à ceux qui se sont entraînés avec eux en ces jours lointains de chaleur et d’illusions. Cependant, selon les superstitieux, pour briser la malédiction, il faudrait que toute l’équipe de 1986, y compris son entraîneur, retourne à Tilcara pour remercier la Vierge locale.

Les ex-footballeurs Sergio Batista, José Luis Brown, Nery Pumpido, Carlos Tapia, Oscar Garré, Julio Jorge Olarticoechea, Ricardo Giusti et Héctor Enrique, membres de l'équipe du Mexique vainqueur de la Coupe du monde 1986, posent avec la Coupe du monde dans le village de Tilcara.
Les ex-footballeurs Sergio Batista, José Luis Brown, Nery Pumpido, Carlos Tapia, Oscar Garré, Julio Jorge Olarticoechea, Ricardo Giusti et Héctor Enrique, membres de l’équipe du Mexique vainqueur de la Coupe du monde 1986, posent avec la Coupe du monde dans le village de Tilcara.

En tout cas, le passage à vide de l’équipe nationale argentine n’a fait que renforcer le mythe de la “malédiction de la Vierge de Tilcara”. Et bien que l’Albiceleste ait effectivement remporté quelques titres après la Coupe du monde 1986, comme la Copa América au Chili en 1991 en Équateur en 1993, et maintenant au Brésil en 2021 ainsi que la Coupe des confédérations en 1992, le mythe persiste, même si Carlos Bilardo et plusieurs joueurs nient toujours catégoriquement avoir fait cette promesse.

Ce qui est sûr, c’est que gagner une Coupe du monde n’est pas si facile, même si l’Argentine compte Lionel Messi dans ses rangs, et une équipe soudée autour de lui. La Scaloneta parviendra-t-elle à briser la malédiction ? Verdict fin décembre !

A lire aussi :

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici