Gabriel Batistuta, le fidèle buteur argentin

4
226
Gabriel Batistuta, le fidèle buteur argentin

Les années 90 nous ont régalé avec des attaquants qui ont brillé dans les différents championnats européens et mondiaux. Mais si nous devions citer les trois des meilleurs attaquants de cette décennie, l’un d’entre eux serait certainement l’Argentin Gabriel Omar Batistuta, “Batigol”, “El Ángel Gabriel”, le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la sélection argentine et l’une des plus grandes idoles de la Fiorentina et du football mondial. Habile, agile, précis des deux pieds et buteur né, il est l’un des attaquants les plus efficaces et plus décisifs que le football ait connu.

Plutôt que rejoindre une grande puissance du football européen, il a préféré rester fidèle au maillot violet de la Fiorentina, où il a joué de 1991 à 2000 et a aidé l’équipe dans les moments difficiles, comme lorsqu’elle a été reléguée en deuxième division, et dans les moments heureux, comme lorsqu’elle a remporté la Coupe d’Italie et la Supercoupe. Son plus grand titre, le championnat italien, a été remporté en 2001 avec la Roma. Avec l’Albiceleste, Batigol regrette profondément de ne pas avoir remporté de Coupe du monde, malgré de brillantes performances et de nombreux buts marqués. On revient sur la carrière de l’un des attaquants les plus emblématiques et les plus célèbres de l’histoire.

Batistuta, “El Batigol”

Du basket au football

Contrairement à de nombreux grands noms du football mondial, Gabriel Batistuta a commencé par jouer au basket-ball durant son adolescence, avant de changer de discipline. Il a décidé d’abandonner le basket en raison de sa petite taille pour ce sport et s’est lancé dans le foot, plus approprié pour son 1,85 m. Il montre rapidement son talent et son sens du but, et suscite l’intérêt du Newell’s Old Boys, qui le recrute pour porter le maillot rouge et noir. À 19 ans, Batistuta fait déjà ses débuts en équipe première et ne tarde pas à montrer ses qualités aux supporters : précision dans ses tirs, son jeu de tête, son agilité et sa force.

Gabriel Batistuta (2e en bas en partant de la droite) en 1988 avec Newell's Old Boys
Gabriel Batistuta (2e en bas en partant de la droite) en 1988 avec Newell’s Old Boys

Le jeune attaquant commence à marquer de nombreux buts et remporte le championnat d’Argentine 1987-1988 avec Newell’s, un effet notable d’autant que l’équipe ne comptait que des joueurs issus des catégories jeunes. Cette même année 1988, Batistuta participe à la finale de la Copa Libertadores contre Nacional (Uruguay). Lors du match aller, disputé à Rosario, les Argentins s’imposent 1-0, mais au retour, l’équipe de Batigol ne fait pas le poids face aux plus de 75 000 supporters présents au Centenario et s’incline 3-0. Avec son titre de champion et une expérience internationale, malgré la défaite, le joueur commence déjà à écrire son histoire et à susciter l’intérêt des grands clubs du pays. Son départ de Rosario n’est qu’une question de temps.

Un passage à River et Boca

En 1989, Batistuta est recruté par le colosse River Plate et fait ses débuts dans la Liguilla Pre-Libertadores, une compétition qui offrait au vainqueur une place dans la compétition continentale. Pour ses débuts, Batistuta marque un but contre San Lorenzo et offre à River Plate le titre du tournoi, ce qui lui permet de faire une forte impression parmi les supporters. Mais la joie sera de courte durée à cause de l’arrivée du nouvel entraîneur Daniel Passarella, qui va devenir l’ennemi juré de Batistuta dans le football. Bien qu’il ait passé une grande partie de la saison sur le banc, Batistuta remporte une nouvelle fois le titre de champion national, mais sans jouer un grand rôle dans la campagne. Désavoué et sans temps de jeu, le joueur n’hésite pas lorsque Boca Juniors a voulu le signer. C’est ainsi que l’attaquant a rejoint l’équipe bleu et or en 1990.

Au cours de la saison 1990-1991, les tournois d’ouverture et de clôture ont fait leur apparition dans le football argentin, mais pour cette première édition, les vainqueurs de ces tournois n’étaient pas considérés comme champions de Primera División, car les “champions” de chaque tournoi devaient disputer une finale pour déterminer qui serait le véritable champion argentin. Boca réalise une terrible campagne dans le tournoi d’ouverture, ce qui entraîne le licenciement de l’entraîneur Carlos Aimar. Le club fait alors appel à l’Uruguayen Óscar Tabárez pour le remplacer. Sous la houlette du nouvel entraîneur, Batistuta s’affirme et commence à marquer des buts importants, dont un doublé lors de la victoire 2-0 contre River Plate dans le tournoi de clôture 1991.

Désireux de se venger de ne pas avoir eu les opportunités qu’il souhaitait avec l’équipe de Nuñez, Batigol inscrit deux autres buts contre River lors d’un autre Superclásico, cette fois lors de la phase de groupes de la Copa Libertadores 1991, au cours de laquelle Boca s’est qualifié et a éliminé son grand rival. L’équipe azul y oro a ensuite réussi à atteindre les demi-finales de la compétition en éliminant le Corinthians en huitième de finale (avec un doublé de Batistuta lors de la victoire 3-1 à l’aller), et Flamengo en quart de finale (avec Batistuta qui a marqué dans les deux matchs sur penalty). Boca s’est ensuite incliné face au futur champion, Colo-Colo, dans une confrontation pleine de controverses et de bagarres qui est devenue connue sous le nom de “La bataille de Santiago“.

Éliminé de la Libertadores, Boca se concentre sur le Clausura argentin et parvient à “remporté le titre”, grâce notamment à un très bon Batistuta auteur de 11 buts. Lors de la grande finale, contre son ancien club, Newell’s l’emporte aux tirs au but et remporte le titre national, profitant du fait que Batistuta défendait la sélection argentine en Copa América. La chance de Batistuta de devenir champion pour Boca s’est arrêtée là. Son avenir allait se jouer dans le football italien.

Un départ en Italie

Les belles performances de Batistuta sous le maillot de Boca ont été déterminantes pour que la Fiorentina décide de le faire venir en Italie en 1991. Avant cela, le joueur a aidé l’Argentine à remporter le titre de la Copa America en marquant six buts. De plus en plus talentueux et en pleine croissance professionnelle et technique, Batistuta rejoint le football européen.

Batistuta lors de ses premières saisons avec la Fiorentina
Batistuta lors de ses premières saisons avec la Fiorentina

Lors de sa première saison avec la Viola, Batistuta montre rapidement son sens du but dans le Calcio en inscrivant 13 buts. La saison suivante, ses 16 buts ne sont pas suffisants pour permettre à son équipe d’échapper à la relégation, mais il est l’un des rares joueurs de l’équipe dont l’image est restée intacte malgré la descente. En parallèle, il continue à briller avec l’Albiceleste, remportant la Coupe des confédérations en 1992 et une autre Copa América en 1993 (Batigol a marqué les deux buts de la victoire face au Mexique en finale).

Lors de la saison 1993-1994, il marque 16 buts en Serie B et permet à la Fiorentina de remporter le titre et de remonter parmi l’élite pour la saison 1994-1995. Bien qu’approché par plusieurs clubs, Batistuta reste dévoué à Florence et refuse toutes les offres qui lui parviennent, ce qui lui vaut de devenir une idole des supporters du club.

Son premier Mondial

En véritable buteur, Batistuta a mené l’Argentine à la Coupe du monde 1994 grâce à un but chanceux qui a permis à l’Albiceleste de s’imposer 1-0 face à l’Australie lors du match aller des play-offs. À Sydney, le match nul 1-1 assure la qualification pour la Coupe du monde aux États-Unis.

Batistuta célèbre un but lors de la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis
Batistuta célèbre un but lors de la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis

Au pays de l’Oncle Sam, Batistuta compte à ses côtés plusieurs stars comme Redondo, Caniggia et Maradona. Dès le premier match, Batigol fait le show en inscrivant un triplé lors de la victoire 4-0 face à la Grèce. L’Argentine enchaîne ensuite avec une autre victoire 2-1 contre le Nigeria et une défaite 2-0 lors du dernier match de groupe contre la Bulgarie.

Le match face au Nigeria restera gravé dans l’histoire comme celui lors duquel Maradona a été sorti du terrain pour avoir testé positif à un contrôle antidopage, ce qui lui a valu d’être exclu de la compétition. L’absence de la plus grande idole argentine bouleverse les joueurs et conduit à l’élimination de l’équipe contre la Roumanie en huitième de finale par 3-2 (avec un but sur penalty de Batistuta). C’est la fin du rêve pour Batistuta, qui quitte la Coupe du monde avec quatre buts inscrits et le Soulier de bronze pour avoir terminé troisième meilleur buteur.

Le Roi de Florence

Après la Coupe du monde et le retour de la Fiorentina parmi l’élite, Batistuta revient en Italie assoiffé de buts et fait tout simplement un tabac lors de la saison 1994-1995, où il inscrit 26 buts et réussit à enchaîner 11 matches consécutifs en marquant au moins un but. Il porte pratiquement la Viola sur son dos, bien servi par un certain Rui Costa qui vient d’arriver au club. Cependant, malgré ses superbes performances, l’Argentin est victime de la faiblesse de son effectif et voit la Fiorentina ne terminer que dixième du championnat (remporté par la Juventus).

Le duo Rui Costa - Batistuta qui a fait des ravages en Italie
Le duo Rui Costa – Batistuta qui a fait des ravages en Italie

La saison suivante, Batistuta parvient enfin à remporter un tournoi majeur avec le club de Florence. L’attaquant a été décisif pour permettre à son équipe de remporter la Coupe d’Italie 1995-96, en inscrivant huit buts, dont un triplé en demi-finale contre l’Inter Milan, et le but victorieux lors de la finale aller contre l’Atalante à Florence, et un autre lors de la victoire 2-0 au retour à Bergame. Les festivités dans la ville sont énormes et le joueur devient une véritable légende pour les supporters. Par la même occasion, l’équipe remporte son ticket pour disputer la Coupe des vainqueurs de coupe 1996-97. En Serie A, Batistuta marque 19 buts et aide l’équipe à atteindre la quatrième place, à 14 points du champion, le Milan AC.

Avec la sélection argentine, Batistuta termine meilleur buteur de la Copa América 1995 avec cinq buts, malgré l’élimination contre le Brésil en demi-finale. Il entre également dans la légende de la sélection en devenant le meilleur buteur de l’équipe nationale argentine en 1996, avec 35 buts marqués qui lui permettent de dépasser nul autre que Maradona, lors d’un match nul 1-1 contre le Paraguay en éliminatoires de la Coupe du monde.

Batistuta et sa fameuse célébration
Batistuta et sa fameuse célébration

Toujours en 1996, la star couronne une année magique en détruisant la redoutable défense du Milan de l’époque avec un doublé lors d’une victoire 2-1 à San Siro en finale de la Supercoupe italienne. Cette saison a sans doute été sa meilleure sous le maillot de la Fiorentina, une année au cours de laquelle il a marqué des buts magiques, consolidé son nom dans la liste des plus grands joueurs du monde et même gagné une statue à Florence lorsqu’il a fait sa 101e apparition en Serie A, lors d’une victoire 2-0 contre la Lazio, match au cours duquel il a réalisé un doublé.

Passarella… encore lui

Lors de la saison 1996-97, Batistuta continue à marquer et à être décisif. En championnat, il inscrit 12 buts et la Fio termine à la neuvième place. En Coupe des vainqueurs de coupe, la superstar mène son équipe jusqu’en demi-finale en inscrivant quatre buts, dont un qui avait permis à son équipe d’égaliser contre Barcelone au match aller au Camp Nou. Lors de ce match, Batistuta reçoit un carton jaune qui l’empêche de participer au match retour, à Florence. Son absence a été fatale, et les Blaugranas se sont imposés 2-0, avant de remporter le titre en battant le PSG en finale (but de Ronaldo).

En 1997-1998, Batistuta se réjouit de disputer une nouvelle Coupe du monde pour tenter de remporter le titre pour son pays. Mais il a été absent de plusieurs matchs des éliminatoires à cause de Daniel Passarella, qui insistait pour ne pas sélectionner les joueurs aux cheveux longs (ce qui finira par nuire à des stars comme Redondo et Caniggia). Malgré les réticences, il finit par se résigner et se couper les cheveux pour avoir la chance d’aller en France.

Avec la Fiorentina, il marque 21 buts, se classe quatrième au classement des buteurs de Serie A, et la Viola termine à la cinquième position. Au cours de cette saison, l’Argentin a formé de grands duos d’attaquants avec Oliveira (un Brésilien naturalisé belge) et Edmundo, ce dernier n’étant pas si constant en raison de son tempérament explosif. Batistuta était à son apogée, et ne se trouvait que derrière le Brésilien Ronaldo en termes de valeur marchande, qui était 500 000 dollars plus cher que l’Argentin – qui valait 30 millions de dollars.

Nouvelle Coupe du monde, nouvelle déception

Batistuta arrive à la Coupe du Monde 1998 avec le statut de star de l’équipe nationale argentine. Il marque le but de la victoire 1-0, lors du premier match, contre le Japon. Face à la Jamaïque, l’attaquant réalise son deuxième triplé en Coupe du monde, et l’Argentine s’impose 5-0. Lors du dernier match de groupe, Pineda inscrit le but de la victoire 1-0 de l’Argentine contre la Croatie.

Batigol célèbre son but lors de la Coupe du Monde 98 face au Japon
Batigol célèbre son but lors de la Coupe du Monde 98 face au Japon

En huitième de finale, Batistuta marque son cinquième but de la compétition, sur penalty, lors d’un superbe match qui s’est terminé sur le score de 2-2 contre l’Angleterre. Lors de la séance de tirs au but, la star n’a pas tiré, mais l’Argentine a gagné 4-3. En quart de finale, on a assisté à un duel électrisant contre les Pays-Bas. Batistuta a bien tenté, a touché le poteau, mais l’Argentine a perdu 2-1, avec un magnifique but de Bergkamp en toute fin de match. La tactique défensive mise en place par l’entraîneur Passarella a nui à la performance de l’attaquant dans ce match, qui a vu une fois de plus son rêve de remporter un titre de champion du monde s’effondrer, précisément dans le Mondial où il a le mieux joué.

Au revoir Florence

Après la Coupe du monde, Batistuta commence à être victime de blessures et doit subir des injections dans le genou pour pouvoir jouer, manquant ainsi plusieurs mois de la saison 1998-99. Malgré cela, la star (qui adopte cette année-là une célébration de tueur, en faisant la mitraillette avec ses doigts) continue à scorer, et termine deuxième meilleur buteur avec 21 buts, à un petit but du Brésilien Amoroso de l’Udinese. Tous ces buts permettent à la star de figurer parmi les trois meilleurs joueurs du monde en 1999, derrière Rivaldo (1er) et Beckham (2e). La Fiorentina a été en tête durant la majeure partie de la compétition, mais baisse le pied en fin de saison et finit par terminer troisième, derrière la Lazio et le Milan (le champion).

Malgré tout, cela a été la meilleure performance de l’équipe depuis 1991, l’année de son arrivée. Cette campagne permet à la Viola de se qualifier pour la Ligue des champions 1999-2000, durant laquelle elle manque de peu la qualification en quarts de finale, avec Batigol qui a inscrit six buts lors des phases de groupes.

En 2000, alors qu’il a déjà passé la trentaine, il accepte une offre de la Roma et quitte la Fiorentina après presque une décennie. La star quitte le club après avoir terminé deuxième meilleur buteur de Serie A avec 23 buts, jute derrière Shevchenko qui en avait marqué 24. Avec le cœur gros, la star s’en va pour la Ville Éternelle, où il gagnerait également le statut de légende.

Enfin, le Scudetto

Cela aura pris du temps, mais pour sa dixième saison en Italie, Batistuta a enfin pu célébrer un titre de champion de Serie A. La star termine meilleur buteur de la Roma en Serie A 2000-01 avec 20 buts et aide l’équipe à soulever le trophée après 18 ans, lorsque la génération de Falcao, Conti et Di Bartolomei avait terminée championne d’Italie. Ce titre est arrivé exactement un an après que la Lazio, le plus grand rival de la Roma, ait remporté le titre de champion et ait égalé la Roma en nombre de titres (deux). Avec le titre de 2001, la Roma est repassée devant les Biancazzurri, pour la plus grande joie de ses supporters.

Gabriel Batistuta sous les couleurs de la Roma
Gabriel Batistuta avec le maillot de l’AS Roma – 10.06.2001 – Serie A Photo

Au cours de la saison, Batistuta réalise des performances mémorables, comme son doublé lors de la victoire 4-0 contre l’Internazionale – au stade Giuseppe Meazza – et le but marqué lors de la victoire 1-0 contre la Fiorentina, un match au cours duquel il a pleuré pour avoir marqué contre sa Viola bien-aimée. Toujours en 2001, Batistuta retrouve la Fiorentina en finale de la Supercoupe d’Italie, match que la Roma remporte sur le score de 3-0, avec des buts de Montella, Candela et Totti.

Son dernier Mondial

Lors de la saison 2001-2002, Batistuta se voyait remporter un deuxième championnat consécutif, mais la Roma a perdu le titre d’un point face à la Juventus. Cette saison-là, ses genoux l’ont de nouveau beaucoup fait souffrir et l’ont écarté des terrains pendant plusieurs matchs, ce qui se reflète directement dans le faible nombre de but qu’il a marqué : seulement six buts. Dans une interview accordée au magazine France Football en 2012, Batistuta a commenté ces problèmes :

“J’ai fait beaucoup (d’infiltrations), mais j’ai toujours joué. Sur une saison de 70 matchs, j’ai participé à 65 d’entre eux. Et j’ai toujours tout donné. J’avais du mal à accepter que je devais m’asseoir sur le banc lorsque j’étais blessé. Si je pouvais revenir en arrière, j’aurais peut-être fait plus attention à moi”.

BATISTUTA, DANS UNE INTERVIEW AU MAGAZINE FRANCE FOOTBALL.

Avec la sélection, Batigol a été bon lors de certains matches des éliminatoires et est sélectionné pour disputer la Coupe du monde 2002 en Corée du Sud et au Japon. Les Argentins se retrouvent dans le “groupe de la mort”, avec l’Angleterre, la Suède et le Nigeria. Lors du match d’ouverture, Batistuta marque son 10e but en Coupe du monde et donne la victoire sur le score de 1-0 face au Nigeria. L’Argentine s’incline ensuite 1-0 contre l’Angleterre. Lors du dernier match, l’équipe devait absolument l’emporter pour se qualifier, mais a fait match nul 1-1 contre la Suède (but de Crespo). L’Argentine est éliminée dès la phase de poule. La carrière internationale de Batistuta s’arrêtait sur cet échec, 78 matchs et 56 buts plus tard, un record longtemps inégalé, jusqu’à l’arrivée d’un certain Messi.

Les adieux d’une légende

Batistuta sous le maillot de l'Inter Milan
Batistuta sous le maillot de l’Inter Milan

Après une nouvelle saison en Italie, et avoir porté le maillot de l’Inter Milan en 2003, Batistuta part à la recherche des pétrodollars du Qatar et rejoint Al Arabi. Au Qatar, il brille et aide son club à remporter le championnat en 2004. En 2005, Batistuta décide de mettre un terme à sa carrière. Beaucoup disent que la star a eu la malchance de ne pas avoir pu jouer pour de grands clubs ou de ne pas avoir remporté de titres majeurs. Mais Batistuta a été l’un des plus grands exemples de fidélité à un club (la Fiorentina) en disant “non” aux grandes puissances pour rester fidèle à ses supporters, à un idéal, comme il l’a dit lui-même dans une interview à France Football :

“Si j’avais joué pour Barcelone ou Manchester United, j’aurais certainement gagné un Ballon d’Or, par exemple, mais j’ai tenu à rester à la Fiorentina. J’aurais pu marquer plus de buts et gagner le championnat espagnol ou anglais, mais je voulais entrer dans l’histoire avec une plus petite équipe.”

BATISTUTA, DANS UNE INTERVIEW ACCORDÉE À FRANCE FOOTBALL.

Même en jouant pour un club sans grands noms et sans la capacité de rivaliser avec les gros clubs de l’époque, Batistuta a réussi à marquer plus de buts que de nombreuses stars mondiales et à effrayer à lui seul des titans comme le Milan, l’Inter, la Juventus, Barcelone, etc. Après avoir raccroché les crampons, l’Argentin s’est consacré au polo, l’une de ses passions, et aux affaires bureaucratiques du football, comme le poste de dirigeant de Colón, en Argentine. Avec son charisme, sa passion et sa combativité, Batistuta reste, sans aucun doute, l’un des plus grands attaquants de l’histoire du football mondial et l’un des meilleurs des années 90. Une véritable légende du football.

Son parcours professionnel en bref

Les clubs où il a joué

  • Newell’s Old Boys-ARG (1988-1989),
  • River Plate-ARG (1989-1990),
  • Boca Juniors-ARG (1990-1991),
  • Fiorentina-ITA (1991-2000),
  • Roma-ITA (2000-2002),
  • Inter de Milan-ITA (2003),
  • Al-Arabi Doha-QAT (2003-2005).

Palmarès

En club

  • 1 Campeonato Argentino (1987-1988) avec Newell’s Old Boys.
  • 1 Campeonato Argentino (1989-1990) avec River Plate.
  • 1 Coupe d’Italie (1995-1996), 1 Supercoupe d’Italie (1996) et 1 Championnat d’Italie de Série B (1993-1994) avec la Fiorentina.
  • 1 Championnat d’Italie (2000-2001) e 1 Supercoupe d’Italie (2001) avec l’AS Roma.
  • 1 Championnat du Qatar (2004) avec Al-Arabi Doha.

Avec la sélection d’Argentine

  • 2 Copas América (1991 et 1993)
  • 1 Coupe des Confédérations (1992)

Les principaux titres individuels remportés par Batistuta

  • Meilleur buteur de la Copa América : 1991 (6 buts) et 1995 (4 buts)
  • Meilleur buteur du Championnat d’Italie : 1994-1995 (26 buts)
  • Meilleur buteur de la Coupe d’Italie : 1995-1996 (8 buts)
  • Soulier de bronze de la Coupe du Monde : 1994 (4 buts)
  • Soulier d’argent de la Coupe du Monde : 1998 (5 buts)
  • Meilleur Joueur Etranger de l’Année de Serie A : 1999
  • 3o Meilleur Joueur du Monde de la FIFA : 1999
  • Meilleur buteur du Championnat du Qatar : 2004
  • Soulier d’Or du Championnat du Qatar : 2004
  • Meilleur Joueur Argentin de l’année : 1998
  • Meilleur Buteur de l’Histoire de la Fiorentina en Serie A: 152 buts
  • Deuxième Meilleur Buteur de l’Histoire de la Fiorentina : 207 buts en 332 matchs
  • Deuxième Meilleur Buteur de l’Histoire de la Sélection d’Argentine : 56 buts en 78 matchs
  • FIFA 100: 2004

A lire aussi :

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici