Nacional remporte la grande finale et est champion d’Uruguay

5
138
Nacional remporte la grande finale et est champion d'Uruguay

Le Nacional de Montevideo n’a remporté ni l’Apertura ni le Clausura cette saison. Tout au plus, il a remporté le Torneo Intermedio, qui marque le milieu de la saison en Uruguay. Cependant, les tricolores ont réussi à maintenir une régularité tout au long du championnat et, à la fin, ils ont remporté la finale qui comptait le plus pour se proclamer nouveaux champions uruguayens. Avec un meilleur classement général sur la saison, le Bolso a pris un raccourci vers la finale, en attendant le vainqueur de la confrontation entre le champion du Torneo Apertura, et celui du Clausura. Rentistas s’est imposé contre Liverpool et, lors de la grande finale, a fini par se faire manger par le Nacional. Après une victoire 3-0 au match aller, les tricolores ont scellé la victoire avec un autre triomphe ce mercredi, sur le score de 1-0, et remporté leur 48e titre uruguayen.

Des défaites en Apertura et Clausura

Cette saison, Nacional avait perdu quasiment tous les matchs décisifs du championnat uruguayen. Lors du tournoi d’ouverture (Apertura), le Bolso a terminé à égalité avec Rentistas en tête du classement et les deux ont joué un match pour déterminer le champion. Et c’est le Bicho Colorado qui s’est imposé.

Ensuite, lors du tournoi intermédiaire (Intermedio), qui sert à combler le milieu de saison, la finale a eu lieu contre Montevideo Wanderers. Nacional a gagné aux tirs au but, bien que ce tournoi ne soit pas le plus important. Enfin, lors du tournoi de clôture (Clausura), Nacional a été le principal poursuivant de Liverpool. Dans la confrontation directe, les tricolores se sont largement inclinés 4-0 et ont vu leurs adversaires se sacrer champion à la fin du match. Mais malgré ces échecs, il y avait encore de l’espoir.

Le meilleur au classement général

Toujours dans la lutte pour les premières places, Nacional a terminé le championnat uruguayen avec le meilleur classement général, qui cumule les points pris dans les trois tournois (Apertura, Intermedio et Clausura). Cette campagne leur a garanti une place pour la phase de groupes de la Copa Libertadores et, surtout, la possibilité de disputer le titre.

Les règlements complexes de la compétition prévoient que, contrairement à d’autres pays d’Amérique du Sud où les vainqueurs du Torneo Apertura et Clausura se qualifient directement pour la finale, en Uruguay ils doivent disputer une une demi-finale, si aucun des deux ne finit leader au classement général. Ainsi, Rentistas et Liverpool se sont affrontés pour définir qui allait affronter Nacional.

Après une terrible campagne lors du Clausura, avec une menace de relégation, Rentistas a surpris tout le monde en éliminant Liverpool qui était en pleine confiance. Par contre, le club a été incapable de créer un nouvel exploit contre le Bolso, beaucoup plus habitué aux matchs de ce calibre.

Nacional – Rentistas : la grande finale

Le match aller de la finale a eu lieu dimanche, au Gran Parque Central, et Nacional a écrasé Rentistas sur le score de 3-0, faisant alors un grand pas vers le titre. Gonzalo Bergessio a inscrit un doublé avant la demi-heure de jeu, en se retrouvant deux fois à la conclusion d’un corner. En seconde période, Nicolás Laborda a inscrit le but du 3-0 de la tête, une fois encore à partir d’un corner. Dans un match très accroché, avec 11 cartons jaunes, Rentistas a eu le malheur de voir un but lui être annulé alors que le match était encore ouvert, et a également buté sur un très bon Sergio Rochet, gardien du Nacional.

Ce mercredi, avec le large avantage au score, la victoire 1-0 a servi à confirmer la supériorité du Nacional. N’ayant plus rien à perde, Rentistas a tenté d’adopter une position plus offensive, mais en vain. Bergessio a marqué le but du titre à la 40e minute, et a même manqué un penalty en seconde période, avec un tir qui a touché le poteau. Entré en jeu en première mi-temps, Joaquín Sosa, 19 ans, a délivré une belle passe décisive pour ses débuts avec les professionnels avec un centre parfait.

Ce match restera gravé dans les annales, en effet, ce n’est que la deuxième fois que l’équipe championne d’Uruguay n’avait remporté ni l’Apertura ni le Clausura. Cet exploit n’avait jusqu’à maintenant été réalisé que par Peñarol en 1997, année lors de laquelle ils ont remporté leur cinquième championnat consécutif.

Le Nacional est loin de traverser un bon moment et la façon dont il a été écrasé par River Plate lors de la dernière Copa Libertadores est assez représentative. Cependant, même dans une saison instable, le Bolso a réussi à être le meilleur dans un championnat uruguayen, qui est loin de connaître ses meilleures heures.

Les tricolores ont eu trois entraîneurs tout au long de la campagne. Gustavo Munúa a commencé la compétition et a été licencié à la fin de l’Apertura, tandis que Jorge Antonio Giordano a été renvoyé après la défaite contre Liverpool dans le Clausura. Martin Ligüera a pris le relais à titre intérimaire et, en quatre matchs, a été champion.

Un groupe tourné vers l’avenir

Sur le terrain, deux joueurs ont fait la différence : le gardien Sergio Rochet est l’un des meilleurs en Uruguay et a souvent fait la différence pour son équipe, et Bergessio a été décisif pour le titre avec ses buts en finale, et ses 25 buts marqués dans la saison.

En plus de ce duo, des jeunes comme Brian Ocampo et Felipe Carballo ont également apporté leur pierre à l’édifice. Les joueurs formés au club ont d’ailleurs constitué une partie fondamentale de l’épine dorsale de l’équipe. Sur les 18 joueurs avec au moins dix apparitions, dix sont issus de la formation. Il y a du potentiel, même si ce n’est pas une équipe qui inspire la crainte pour le tirage au sort de la Libertadores.

Avec cette victoire, le Nacional a remporté son deuxième championnat national consécutif et s’approche de plus en plus de ses plus grands rivaux au classement historique. Bien qu’il y ait des discussions sur le nombre de titres de Peñarol, en ajoutant également la période du CURCC (qui a donné naissance aux aurinegros), le club compte 50 trophées. Nacional en compte désormais 48. Mais il sait qu’il a besoin d’évoluer pour rechercher un troisième championnat consécutif, exploit qui n’est plus arrivé depuis le début du siècle. L’une des clés peut être Andrés D’Alessandro, annoncé par le tricolore en janvier et qui ne fera ses débuts que pour le Championnat uruguayen 2021.

A lire aussi

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici